Pages

lundi 23 août 2010

Laids, sales et méchants!

Laids, sales et méchants

De quoi je parle? Mais des enfants naturellement.

Si vous pensez que les enfants aiment se faire coiffer, laver, tordre, recouvrir de dentelles et poser immobiles pour montrer tout leur charme enfantin alors, je crois que vous devrez changer de lecture. Pourquoi, vous demandez-vous? Car je vais parler des vrais enfants, ceux qui détestent se laver dents et pieds, ceux qui courent partout sauvages comme des petites bêtes furieuses, hurlantes et piaffantes, ceux pour qui un nouveau jour est synonyme de nouvelles aventures. Bref, d’enfants communs.

Est-il peu éducatif? Peut-être. Même si, pour moi, il n’y a rien de moins éducatif que camoufler la réalité sous semblant d’une perfection fictive. Pourtant, ici et maintenant, j’admets ma prédilection pour les histoires où l’on traite les enfants franchement, sans prétentions pédagogiques, sans petites morales de gens bien qui donnent satisfaction aux grandes mais ne laissent rien à eux, les vrais destinataires des livres.

Et alors plongeons, dans ce retour de chaleur étouffante, dans une série d’histoires fraîches et amusantes.











Hattie the Bad, de Jane Devlin, illustrations de Joe Berger, Dial Publishing, 1 avril 2010





Bonne ou méchante? C’est quoi le mieux? Être terriblement ‘méchante’ et constamment reprochée par les adultes, ou devenir tellement sage jusqu’à gagner le prix pour « L’enfant le plus poli » et n’avoir plus d’amis avec qui jouer? Peut-être que la vérité se trouve dans le milieu ou, peut-être, la chose la meilleure est celle de respecter sa nature même si, pour quelqu’un, elle est désagréable. Hattie me fait penser pour certains aspects aux enfants de la série Les Petites Canailles, toujours prête à concevoir des idées terriblement géniales aussi qu’inacceptables pour ceux qui l’entourent. Elle n’a pas les tresses de Pippi mais deux couettes émanant vivacité de claque touffe et un pauvre, malheureux frère dont elle essayera de se débarrasser à plusieurs reprises.

Enfin, une histoire hilarante, pas nécessairement "politically correct" mais ceci est le plus beau quand même!

Pour lire des recensions approfondies, en Anglais, vous pouvez visiter:

Kids Lit  - http://kidslit.menashalibrary.org/2010/08/12/hattie-the-bad/
Pink Me - http://pinkme.typepad.com/pink-me/2010/04/hattie-the-bad-review.html
Nicholas A. Basbanes - www.nicholasbasbanes.com/essays/children/10april.phtml

Et le Site de Joe Berger  - http://joeberger.squarespace.com/hattie-the-bad/

  


The Boss Baby, de Marla Frazee, Beach Lane Books, 31 août 2010


"From the moment the baby arrived, it was obvious that he was the boss."* Dans cette première ligne il est déjà évident ce qui va se passer avec les pauvres parente: rien de vraiment loin de ce qui se passe en réalité! Du reste un enfant a des nécessités pressantes à qui, bien que nous ne voulions, on ne peut pas faire abstraction. Et alors notre pauvre vie prend des rythmes complètement renversés: finis les dîners avec les amis, finis le théâtre et le cinéma, terminés les temps des safaris dans la savane et aussi ceux des sommeils tranquilles. Tout notre univers finit par tourner autour des bouillies et d’effrayants réveils nocturnes! Gulp! Et qui est en chef de l'opération couches? Lui, le petit tyran hurleur et édenté! Un amusant album illustré en sortie dans les prochains jours.

Vous voici le site de Marla Frazee - http://www.marlafrazee.com/ très intéressant, il y a aussi des réflexions à propos de l'illustration, techniques et instruments, maquettes et story-boards et beaucoup autre encore.

Et quelques interview, en Anglais:

7Imp - http://blaine.org/sevenimpossiblethings/?p=1783 en couple avec Liz Garton Scanlon
Jama Rattigan's Alphabet Soup - http://jamarattigan.livejournal.com/141989.html
Cynisations - http://cynthialeitichsmith.blogspot.com/2007/09/illustrator-interview-marla-frazee-on.html


video





Mostly Monsterly,  de Tammy Sauer, illustrations de Scott Magoon, Simon & Schuster/Paula Wiseman Books (31 août 2010)


En sortie dans le même jour que The Boss Baby, voici Mostly Monsterly: on passe de l'histoire d'une monstrueux petit despote aux apparences inoffensives à celle d'un monstre qui, derrière une apparence terrifiante, cache un cœur gentil. Lorsque l'on a des dents pointues, des ongles tranchantes, des buts des oreilles pointus, une peau verdâtre et un collier avec un petit crâne en breloque, l'entrée à la "Monster Academy" est garantie. Mais qu'est-ce qui se passe si, derrière cet aspect se cache une âme délicate? Comment faire avec ses camarades qui préfèrent s'amuser en déracinant les arbres, en mangeant des serpents quand, dans notre cœur, nous aimons câliner les animaux et cousiner des gâteaux? Bernadette, le protagoniste du nouvel album deTammy Sauer, arrivera-t-elle à trouver une solution?

Vous voici le trailer du livre:

video


Et quelques recensions, en Anglais:

Miss Print - http://missprint.wordpress.com/2010/07/26/mostly-monsterly-a-picture-book-review/
School Library Journal -  http://www.schoollibraryjournal.com/slj/reviews/pretograde4/885579-319/preschool_to_grade_4.html.csp  (chercher SAUER)

Et une interview avec l'auteur sur:
Writing for Kids While Raising Them - http://taralazar.wordpress.com/2009/03/03/tammi-sauer/

En dernier voici les sites de:
auteur, Tammy Sauer: http://www.tammisauer.com/Mostly_Monsterly.html
et illustrateur, Scott Magoon: http://www.scottmagoon.com/Site/ScottMagoonsWebsite.html


De France avec fureur, voici l'arrivée du premier tome d'un promettant roman graphique:









Les Sales Histoires de Félicien Moutarde, 1. La Naissance de Félicien Moutarde, de Fabrice Melquiot, illustrations de Ronan Badel, Editions L'Elan Vert, 17 mai 2010






Comprenant quatre chapitres:

- La naissance de Félicien Moutarde
- Félicien Moutarde assassine sauvagement Bambi
- Le premier amour de Félicien Moutarde
- Félicien Moutarde a des super pouvoirs super pourris

Félicien Moutarde dit de soi même: "Je suis un garçon vraiment pas gâté. Le plus étrange dans cette affaire, c'est que je suis quand même très heureux d'être en vie..." Un super-héros au contraire, similaire au protagoniste de Kick-ass pour quelques aspects: pas exactement charmant, là où les autres ont des super pouvoirs, il soutient avoir hérité tous les défauts de la terre et des super faiblesses. Un petit misanthrope qui claquerait volontiers les autres enfants qui jouent dans le parc, ayant un sens cru et ironique de la réalité et qui n'aime pas les histoires écœurantes. Pour quelques côtés il me fait penser à la série de Billy Brouillard de Guillaume Bianco, avec cette même vision démystifiée de la vie et un goût noir qui bien s'épouse avec les illustrations au trait léger et caricatural en même temps. Je vous l'avoue: je l'aime déjà!

De suite quelques recensions, en français:

La Soupe de l'Espace - http://www.soupedelespace.fr/leblog/les-sales-histoires-de-felicien-moutarde-t1-la-naissance-de-felicien-moutarde/
France Culture - http://www.franceculture.com/emission-fictions-enfantines-les-sales-histoires-de-f%C3%A9licien-moutarde-de-fabrice-melquiot-2010-05-16
L'Express.fr - http://www.lexpress.fr/culture/livre/les-sales-histoires-de-felicien-moutarde-la-naissance-de-felicien-moutarde-t-1-par-fabrice-melquiot-ill-de-ronan-badel-80-p-l-elan-vert-13-euros-des-8-ans_904119.html
Citrouille, Librairies Sorcières - http://lsj.hautetfort.com/archive/2010/08/16/les-sales-histoires-de-felicien-moutarde-tome-1-la-naissance.html
Passion du Livre - http://www.passiondulivre.com/livre-89598-les-sales-histoires-de-felicien-moutarde-volume-1-la-naissance-de-felicien.htm


Du site de l'auteur, Fabrice Melquiot: http://www.fabricemelquiot.com/article-felicien-moutarde-50316772.html


Et bien, pour le moment c'est tout!







* "Du moment où il est arrivé, c'était clair que c'était lui le chef."

vendredi 6 août 2010

Lorsque les rêves deviennent réalité

Il y a des instants magiques dans la vie, ceci est l'un d'entre eux.

Rarement les choses se passent uniquement pour notre mérite: derrière chaque petit pas en avant il y a nous-mêmes, oui, mais il y a aussi toutes les personnes qui ont eu foi en nous et qui nous soutiennent.

Je suis rentrée hier de Macerata, où j'ai préparé quelques nouveautés en prochaine parution sur le blog dans les mois à venir. J'ai choisi de rester déconnectée du reste du monde: aucun e-mail, pas de facebook et pareils enfin, vide médiatique.

Dans les derniers sept jours j'ai été cajolée, gâtée et assistée par des personnes merveilleuses auxquelles j'adresse mes sincères remerciements: Nora et Gigi, Ale, Mauro et Michela, Giorgio, Samanta.

J'ai connu des êtres humains fantastiques, dont je ne dévoilerai pas les noms pou le moment mais dont je vous parlerai bientôt. J'ai rencontré des jeunes illustrateurs pleins de volonté et d'espoir à qui j'envoie toute mon affection et mon appui.

Enfin, j'ai fait le plein de splendide humanité et de souvenirs que je garderais avec soin: si la richesse dans la vie consiste dans les rencontres, alors j'ai eu de la chance.

A mon retour chez moi j'ai eu d'autres surprises, encore des bonnes surprises, j'espère seulement que le réveil à la réalité ne sera pas trop dur...

La première a été la découverte que Nora (pas la même Nora que je remerciais auparavant), auteur du blog  La Felice Stagione, a signalé La Boite à Thé (version italienne) avec d'autres blogs pour le prix Dardos. Merci, merci, merci à Nora!!!

La deuxième concerne Betsy Bird, la blogger américaine la plus influente et aimée, que sur son fantastique A Fuse #8 Production vient de signaler ma petite boite, version anglaise, malgré toutes ses imperfections linguistiques et tout le reste. IL A FAILLI QUE JE TOMBE DE MA CHAISE!!!! A illustrer la signalisation, Betsy a choisi une des images de La Governante de Sara Gavioli... J'espère que cela n'est qu'un petit signe prémonitoire pour Sara!

La dernière est la confirmation d'une amitié virtuelle et à la distance, avec Jules du blog 7Imp: si vous ne le connaissez pas encore je vous le conseille vivement, vous y decouvrirez plein de merveilles!!! Quand j'ai commencé cette aventure elle a été la première à me donner courage et crédit, je ne lui dirai jamais assez combien je lui suis reconnaissante. Pas un mot n'échappera ma bouche relativement à nos conspirations secrètes, on ne sait jamais, je dirais seulement que nous sommes dans une phase de fabulation ou affabulatoire? Va savoir!

Je ne prendrai une minute en plus de votre temps, un dernier MERCI à vous qui me lisez avec patience!